Si vous ne voyez pas ce message correctement, consultez-le en ligne.

image Corse, fleurs sur fond de mer

Édito...

Mme Isabel de Moura, DIRECCTE de Corse

 

À la une...

Signature de la convention entre le FIPHFP et la Collectivité de Corse

 

Zoom sur...

L'emploi des personnes handicapées dans la Fonction publique en Corse : le tableau de bord

 

Du côté du FIPHFP...

Rapport d'activité 2017 en Corse

Nouvelle version du catalogue des interventions

Évolution des PPS vers une meilleure prise en compte des troubles cognitifs

 

Préparez-vous...

Le DUODAY fait son retour

 

Bonnes pratiques

Le télétravail comme mesure de compensation du handicap

** ÉDITO **

Chers employeurs publics, chers partenaires de l’emploi et de la formation des personnes handicapées,

Vous le savez, construire une société inclusive est une priorité du quinquennat du Président de la République. Or, cette inclusion, si elle ne s’y limite pas, passe aussi très largement par l’accès et le maintien dans l’emploi des personnes en situation de handicap.

Le terme d’inclusion est lui-même révélateur du changement de perspective en cours : ce que l’on appelle, dans le jargon de l’emploi, le milieu « ordinaire » se doit d’être, dorénavant, pleinement ouvert à tous, et donc aux travailleurs handicapés. Il s’agit aujourd’hui d’inclure la différence – ici le handicap –, quand hier encore, celle-ci était mise de côté, comme « invisibilisée ».

Au-delà de l’incantation, cette (r)évolution engage et oblige les institutions publiques. D’une certaine manière, elle renforce leur devoir d’exemplarité et, par-là, les obligations qui leurs incombent.

Dans ce contexte, je crois pouvoir dire que les employeurs publics en Corse font véritablement leur priorité de cette exigence vis-à-vis des travailleurs handicapés. Ils font montre en l’espèce d’un réel volontarisme et d’une mobilisation indéniable qui aujourd’hui portent leurs fruits.

L’actualité récente en témoigne. En effet, la Semaine Européenne de l’Emploi des Personnes Handicapées, qui s’est déroulée du 19 au 23 novembre dernier, a été l’occasion de mettre en évidence l’implication des acteurs publics sur le sujet. 

Ainsi, durant cette semaine, la Corse s’est dotée d’un Plan Régional d’Insertion des Travailleurs Handicapés. Signe de l’importance accordée à cette question, ce plan a été adopté, au terme d’un an de co-construction, par l’État, la collectivité de Corse, les financeurs, dont le FIPHFP, les opérateurs et l’ensemble des partenaires sociaux.

Un autre événement, qui a eu lieu durant cette semaine européenne, révèle lui aussi cet engagement. Il s’agit de la validation de la convention pluriannuelle liant la Collectivité de Corse et le Fonds pour l’Insertion des Personnes Handicapées dans la Fonction Publique. Principal employeur public de l’île, la Collectivité de Corse rejoint ainsi notamment les villes de Bastia et d’Ajaccio, confirmant un mouvement de fonds amorcé depuis plusieurs années maintenant.

La volonté d’agir des employeurs publics existe donc bel et bien. Elle se traduit en actes. Elle est aussi amenée à se renforcer, y compris au sein de ces administrations. A ce titre, si les avancées sont nombreuses, il nous faut regarder vers l’avant et envisager le chemin qui nous reste à accomplir.

L’intégration facilitée et effective des travailleurs handicapés dans les collectifs de travail des administrations peut encore être améliorée, c’est une évidence. Des pistes doivent être explorées, comme l’embauche d’apprentis par exemple. Et les politiques publiques doivent continuer à se déployer, tant dans leur dimension pédagogique, que dans leur dimension opérationnelle.

Les employeurs publics disposent, grâce au Handi-Pacte, d’outils incontournables pour ne pas perdre le fil d’Ariane qui les guide. Cette newsletter est l’un deux.

Je vous en souhaite une agréable lecture.

** À la une... **

Signature

Convention de partenariat entre le FIPHFP et la Collectivité de Corse


Le lundi 14 Janvier 2019, Lauda Guidicelli, Conseillère exécutive déléguée à la jeunesse, aux sports, à l'égalité femmes-hommes de la Collectivité de Corse, et Marc Desjardins, Directeur du FIPHFP, signaient une convention de partenariat à l’Hôtel de la Collectivité à Bastia afin de renforcer la politique d’intégration de travailleurs handicapés de la Collectivité.


Cette signature faisait suite à une première convention entre le FIPHFP et le Conseil Départemental de corse du Sud, sur laquelle la Collectivité a souhaité capitaliser les bonnes pratiques et étendre à l’ensemble des agents de la nouvelle entité.


Principal employeur public de Corse, la Collectivité emploie environ 4500 agents et compte actuellement 358 bénéficiaires de l’obligation d’emploi parmi ses agents, ce qui représente un taux d’emploi direct de 8,43 %.


Avec cette convention, les trois plus importants employeurs de la Fonction Publique Territoriale dans l’île (Collectivité de Corse, Marie d’Ajaccio et Mairie de Bastia) ont désormais noué un partenariat étroit avec le FIPHFP.

** ZOOM sur... **

Quelques points saillants de cette édition :

  • Le nombre de demandeurs d’emploi en Corse reconnus « bénéficiaires de l’obligation d’emploi » augmente, passant de 2 170 à 2 298 (à fin décembre 2017) mais leur proportion au sein de l’ensemble des demandeurs d’emploi diminue (elle passe de 10,9% à 8,7%).
  • Au premier semestre 2018, les placements Cap Emploi dans la Fonction Publique en Corse atteignaient le nombre de 44 avec toujours une large prédominance de la FPT (80 %)
  • Conséquence des orientations du gouvernement, la tendance baissière à propos des contrats aidés semble se confirmer puisque leur part diminue à 64% sur le semestre, alors que ces derniers représentaient 83% des placements Cap Emploi dans la Fonction Publique en Corse en 2017.
  • Sur le premier semestre 2018, le Sameth a mené à leur terme 30 parcours de maintien dans l’emploi dans la fonction publique, dont 29 se sont soldés par une réussite (le parcours restant ayant été clos pour cause exogène, soit un taux de réussite de 100 %). La place de la Fonction Publique dans l’activité du Sameth demeure très importante avec 47% des parcours.
  • Le nombre d’employeurs publics corses ayant conventionné avec le FIPHFP augmente à 3 avec la signature de la convention pour l’emploi des personnes handicapées entre le FIPHFP et la Mairie d’Ajaccio.
  • Le montant total des aides accordées par le FIPHFP via la plateforme au 1er semestre 2018 s’élève à 48 657,62 euros (ce montant ne prend pas en compte les interventions chez les employeurs sous convention).

Retrouvez l’intégralité du tableau de bord avec plus de chiffres, le détail par fonction publique et par département et l’historique des 3 dernières années.


La prochaine mise à jour complète du Tableau de Bord portant sur l’ensemble de l’année 2018 aura lieu au cours du 1er semestre 2019.

** DU CÔTÉ DU FIPHFP... **

checklist par Freepik

Une nouvelle version du catalogue des interventions


L’offre d’intervention du FIPHFP évolue sans cesse afin de s’adapter aux besoins des employeurs publics et au contexte économique des politiques d’emploi des personnes handicapées. Cette fois-ci, les montants des interventions ne sont pas modifiés, mais les publics bénéficiaires et les procédures sont affinés pour une meilleure prise en charge.


Dorénavant :

  • Les employeurs publics d’agents en contrat d’apprentissage sortant d’un institut médico-éducatif (IME) ou d’un établissement et service d'aide par le travail (ESAT), ne bénéficiant pas de la RQTH au moment de la conclusion de leur contrat d’apprentissage, peuvent mobiliser les aides du FIPHFP, à la condition de justifier d’une preuve de dépôt de dossier de RQTH et d’un justificatif de présence en IME ou ESAT.
  • La notification de l'allocation d'éducation de l'enfant handicapé (AEEH) est acceptée comme pièce justificative pour mobiliser les aides du FIPHFP dans le cadre du service civique.
  • Un employeur public peut demander, pour un apprenti ayant la RQTH, un aménagement situé dans le centre de formation de l’apprenti.
  • La prise en charge des frais de maintenance et de réparation ne s’applique qu’aux seuls matériels adaptés et spécifiques.

Dispositions applicables au 1er juillet 2019 :

  • Les demandes sur facture ne peuvent concerner des factures antérieures de plus de six mois à la date de la demande.
  • La prise en charge des formations dans le cadre d’un reclassement ou d’une reconversion professionnelle pour raison de santé est limitée aux seuls agents bénéficiaires de l’obligation d’emploi et agents inaptes et/ou en cours de reclassement.
agenda par Freepik

Les PPS évoluent, les troubles cognitifs sont mieux pris en compte


Depuis le mois d’octobre dernier, les Prestations Ponctuelles Spécifiques (PPS) ont laissé place aux Prestations d’Appui Spécifique (PAS). La philosophie reste inchangée : les PAS sont des expertises apportées par des spécialistes du handicap afin d’apprécier les incidences du handicap sur l’emploi et les actions à mettre en œuvre pour les compenser (aussi bien dans le cadre d’une intégration que d’un maintien dans l’emploi). Il existe un prestataire spécialisé par type de handicap : visuel, moteur, auditif, psychique, mental mais également, la grande nouveauté, un accompagnement spécifique pour les personnes présentant des troubles cognitifs est dorénavant proposé. Les PAS sont donc désormais au nombre de 6 contre 5 auparavant.


Quelles prestations peuvent être mobilisées ?

  • Un Pré-diagnostic : pour déterminer le handicap prégnant et par conséquent l’appui à mobiliser ;
  • Un bilan complémentaire : pour que le référent obtienne des éléments hors projet professionnel sur la personne pour adapter l’accompagnement ;
  • Un appui expert sur le projet professionnel ;
  • Un appui expert à la réalisation du projet professionnel ;
  • Un appui à l’employeur ou la personne pour résoudre les situations de rupture.

Cap Emploi reste votre interlocuteur principal et votre conseiller pour vous accompagner dans la gestion des agents concernés par ces situations. Cap Emploi est prescripteur des PAS en fonction de l’évaluation de la situation.

** Préparez-vous... **

logo duoday

L'opération DUODAY fait son retour


Après le succès de la première édition en 2018, le DUODAY revient en 2019 et aura lieu le 16 mai !


Son principe est simple : un employeur accueille, le temps d’une journée de stage, une personne handicapée en duo avec un agent volontaire. Au programme de cette journée : découverte du métier, participation active aux tâches habituelles du collaborateur et/ou observation de son travail.


Pour les employeurs, le DUODAY permet de découvrir les atouts et qualités professionnelles de travailleurs en situation de handicap. Il peut ainsi sensibiliser ses collectifs de travail au sujet de l’intégration des personnes handicapées, valoriser ses ressources humaines en les impliquant, s’ouvrir à la diversité et au handicap en particulier, communiquer sur ses valeurs sociales, renforcer l'exemplarité de sa politique sociale déjà engagée.


Pour les personnes handicapées : le DUODAY offre l'opportunité de découvrir un environnement de travail, préciser un projet professionnel, amorcer un parcours d’insertion, convaincre un employeur de ses possibilités en termes d'intégration, de performance et d'autonomie.


L’année dernière, 5 duos avaient été réalisés dans la Fonction Publique en Corse. Cette année, nous pouvons aller plus loin.

Avec Duoday dépassons nos préjugés et avançons vers l’inclusion.

** BONNES PRATIQUES... **

Madame Edith Santoni, Technicienne Supérieure Hospitalier à l’hôpital de Castelluccio témoigne de sa reprise de poste après un long arrêt dû à des problématiques de santé, et de la manière dont elle a été accompagnée par son employeur et les différents organismes œuvrant dans le domaine de la compensation du handicap.


Extrait
"En effet, je voulais vraiment reprendre le travail, alors la MDPH m’a orientée vers Cap Emploi. J’ai été agréablement reçue, dirigée, aidée et conseillée. C’est véritablement grâce à eux que tout s’est mis en place. Mon médecin avait demandé un télétravail car je ne pouvais évidemment pas passer 8h au bureau. Un ergothérapeute missionné par Cap Emploi est venu chez moi, Monsieur Picot, et après analyse de la situation, a prescrit tout le matériel nécessaire pour que je puisse travailler correctement.


Côté hôpital, on m’a également aménagé un bureau en rez-de-chaussée que j’utilise pour faire mes réunions, recevoir, ranger mes dossiers, etc. On m’a installé un fauteuil spécial adapté à ma colonne vertébrale.


À mon domicile, le matériel comprend un bureau à hauteur variable à élévation électrique pour que je puisse travailler en alternant les positions debout et assise, un fauteuil spécial (le même qu’à l’hôpital) et divers éléments comme une souris adaptée qui me permet de ménager mes cervicales, un repose pied, un support-copie, un écran à hauteur adaptée et un repose bras pour soulager les membres supérieurs, le tout financé par le FIPHFP (Fonds pour l’Intégration des Personnes Handicapées dans la Fonction Publique).


Je suis également équipée d’un logiciel de dictée vocale pour limiter les postures contraignantes et les mouvements de bras liés à l’écriture sur clavier.


Mais mon accompagnement ne s’est pas arrêté là : lorsque tout ce matériel a été livré, Monsieur Picot est revenu à mon domicile pour régler le matériel en fonction de mon handicap physique. Il en a été de même pour mon bureau à l’hôpital."

Ensemble, Continuons à agir pour une meilleure intégration des personnes handicapées dans la Fonction Publique en Corse.

Si vous ne souhaitez plus recevoir nos messages, suivez ce lien :

Veuillez me retirer de votre liste de diffusion