Retour en haut de page Accès au menu Accès au contenu
> Non classé > ZOOM sur CHEOPS et le réseau Cap Emploi

ZOOM sur CHEOPS et le réseau Cap Emploi

Témoignages

Pour cette 1ère édition 2022, nous avons souhaité mettre à l’honneur CHEOPS, (Conseil national Handicap & Emploi des Organismes de Placement Spécialisés), qui représente le réseau des associations gestionnaires des Organismes de Placement Spécialisés. Quelques 98 agences Cap emploi couvrent le territoire national pour être au plus près des pouvoirs publics, des décideurs économiques et des partenaires sociaux.

2 interviews témoignages
Dominique Silvani
, Directrice Cap Emploi Corse
Gilles Pons, Directeur Cap Emploi des Alpes de Haute-Provence

Merci à eux pour leur témoignage.

cap-emploi-logo-centre-baseline-rvb.af6b0fbf.ed5cb315

Madame Dominique Silvani, Directrice Générale Cap Emploi Corsedominique-silvani-capemploi

« Ce qui fait notre spécificité ? Nous sommes tout à la fois une île et une région : les déplacements peuvent s’avérer difficiles.  Afin de permettre une couverture géographique large des 5 bassins d’emploi et d’accompagner vers et dans l’emploi les personnes handicapées et leurs employeurs, nos équipes (19 salariés) sont réparties sur 3 sites d’intervention : Bastia, Ajaccio et Porto Vecchio.

Pour illustrer 2020, à tire d’exemple, nous avons pu placer 75 candidats sur des contrats supérieurs à 3 mois dans la Fonction Publique, dont 55 contrats aidés et 2 stagiairisations. Tandis que 60 maintiens dans l’emploi ont été déroulés.

Nos objectifs pour 2022 ? Finaliser le rapprochement Pôle emploi-Cap emploi (RPECE) initié en 2020. Nous sommes en Lieu Unique d’Accueil (LUA) sur l’ensemble de la région depuis septembre dernier, et la collaboration sur ce nouveau format se passe bien, d’autant que les équipes partagent le même souci commun de suivi durable et de sécurisation des parcours.

Nous avons à cœur de poursuivre & développer encore la collaboration avec les 3 pans de la Fonction Publique, les employeurs sous convention et le Centre de Gestion (CDG) de Haute Corse. Ceci malgré un contexte sanitaire qui perdure et impacte très fortement la Fonction Hospitalière depuis 2020.  

Pour cette année, nous allons anticiper très en amont 2 des rendez-vous majeurs que sont le Duoday et la SEEPH bien sûr. Nous œuvrerons également à multiplier le plus possible, le nombre de contrats d’apprentissage, ce qui passera notamment par la mise en avant des nombreuses mesures et aides du FIPFHP ».

Plus d’informations sur le Cap Emploi Corse en cliquant ici

 

Gilles PONS, Directeur Cap Emploi 04

« Les Alpes de Haute Provence, département de 160 000 personnes, avec 15 000 demandeurs d’emploi, dont 1 600 personnes handicapées parfois isolées, pour qui il est souvent difficile d’accéder à un choix d’opportunités d’emploi.  Ce qui nous demande de battre en brèche toutes les représentations sur le handicap. Notre petite taille nous permet d’être bien identifiés par les différents opérateurs de l’emploi, avec qui nous maintenons une collaboration étroite, pour un engagement fort et une intervention globale, sur tout le parcours de vie d’une personne active handicapée, ceci sur les 3 pans de la Fonction Publique.

Nous sommes depuis 2021 sur les lieux uniques d’accompagnement (LUA) avec Pôle Emploi. Et prenons part aux forums de Pôle Emploi qui déploie son concept hors les murs, « la place de l’emploi ». La complémentarité entre nos réseaux renforce les expertises et permet de répondre au bon moment aux besoins des demandeurs d’emploi par une offre de service intégrée.

Nous travaillons en lien étroit avec nos interlocuteurs des Centres de Gestion de la Fonction Publique Territoriale (CDG), qui nous accompagnent efficacement, comme Audrey BERTHALIN sur le 04. Les relations avec les mairies sont tout autant nourries : sur Manosque par exemple, une opération de recrutement spécifique à destination des jeunes handicapés a permis à quelques 6 candidats de décrocher un contrat de travail de 9 à 10 mois tout en finalisant leur projet professionnel. Nous constatons que les contrats d’apprentissage, mis à l’honneur pour les 15 ans du FIPHFP, sont de plus en plus sollicités. Ils constituent, rappelons-le, un beau levier vers l’insertion des personnes handicapées. D’autant plus que les bons niveaux de prise en charge des coûts de formation par le FIPHFP facilitent encore le recours à cette typologie de contrats.

Coté maintien en emploi, il s’agit pour tous les acteurs de bien prendre en compte le fait que le handicap évolue, et que les situations s’aménagent.  En cela, le catalogue dense des aides FIPHFP couvre la quasi-totalité de la vie professionnelle d’un agent. Il est aussi primordial de bien connaitre tous les outils et dispositifs mobilisables. Nous pouvons compter sur des partenaires experts investis et présents sur le terrain, comme l’Entreprise Adaptée Ergo santé.  On le sait, certaines conséquences de handicap peuvent être plus difficiles que d’autres, mais beaucoup de choses sont possibles, chaque personne peut trouver sa place au sein de la Fonction Publique. Nous avons de belles réussites sur des situations complexes de prime abord : soulager les Troubles Musculosquelettiques d’une aide-soignante grâce à un exosquelette, ce n’est pas courant.

Anticiper le retour à l’emploi : un prérequis.
Une personne qui est en arrêt maladie depuis plus de 90 Jours peut avoir des difficultés au retour à l’emploi. J’invite les employeurs à ne pas hésiter à nous solliciter, afin de réfléchir ensemble, avec l’agent en arrêt maladie, au retour à l’emploi.

Et 2022 ? Le Duoday et la SEEPH seront évidemment à l’honneur. Nous souhaitons aussi inciter les employeurs à continuer les rencontres et se déplacer, malgré un contexte sanitaire complexe, c’est certain. Saluons ici la Fonction Publique Hospitalière, très en tension et dans l’urgence depuis la pandémie. Cette nouvelle année nous permettra aussi de conforter les liens initiés avec de nouveaux partenaires, parmi lesquels le Secrétariat Général Commun Départemental, (SGCD), rattaché à la Préfecture du 04. Un nouvel acteur à faire connaitre, avec une Directrice, Madame Gwenaelle COAT, particulièrement sensible à la notion d’inclusion. « Nous c’est les autres, et les autres, c’est nous ». Le handicap nous concerne tous potentiellement. Pour que les choses bougent, il serait bon de ne plus mettre d’un côté, les personnes ordinaires, et de l’autre, les personnes handicapées. Dans la prochaine décennie, c’est plus la notion globale de santé et de promotion de la santé qui devrait figurer sur l’échiquier, et non pas celle du handicap seulement… Ce changement de regard est indispensable ».

Retrouvez Gilles Pons et l’interview du 5 janvier dernier par BFM TV en cliquant ici

Haut de page